à Paris

© Une indiscrétion

© Une indiscrétion

Quel plaisir de flâner à Paris durant l’été indien de la fin septembre. Les couleurs étaient flamboyantes, oscillant entre le vert intense de l’été et les roux de l’automne. L’air était clair, limpide et donnait à toute chose un éclat particulier. Les expositions et tours en musée ont donc été réduits au minimum pour profiter de la chaleur inattendue et de l’ambiance des quartiers.

© Une indiscrétion

© Une indiscrétion

Pour cinq jours à Paris, voici quelques idées et bonnes adresses à tester:

Manger

– Restaurant Pierre Sang in Oberkampf, rue Oberkampf. Sans réservation possible, nous avons tout de même tenté notre chance pour obtenir une table dans ce petit restaurant au concept particulier. Au rez, une grande table pouvant accueillir plusieurs clients, avec vue sur la cuisine pour suivre la préparation du menu dont vous ne connaissez pas la teneur à la commande. Au sous-sol, des tables individuelles et les livres de recettes du chef pour essayer de deviner ce que les serveurs vous apportent. Menu à 6 services pour 39 euros le soir, sans choix possible, sinon d’annoncer vos éventuelles allergies. Surprenant (salicorne, ficoïde glaciale), parfois déroutant (oeuf cuit à basse température, concombre mariné façon kimchi, émulsion de hareng), parfois classique (potée de lentille à la saucisse de Morteau), sans aucun doute délicieux, et portant une attention particulière à la provenance de leurs ingrédients (mention spéciale à l’explication sur les producteurs de pommes de terre anciennes).

– Brasserie Le Chardenoux des Prés, rue du Dragon 27. Un menu entrée/plat/dessert pour 39 euros, petite carte, plats de brasserie, mais avec un petit ingrédient lui apportant un twist particulier: purée de pomme de terre à la vanille, purée de carotte au curcuma, baba au rhum avec la bouteille de rhum apportée sur la table (particulièrement apprécié) . Tables serrées, ambiance bistrot, tapisserie fleurie, banquettes en cuir et magnifique bar en marbre. Réservation plus que conseillée. Profiter de cette réservation pour flâner à Saint-Germain-des-Prés en fin de journée.

© Une indiscrétion

© dw

– Restaurant L’Acajou, rue Jean de la Fontaine 35. 40 euros le menu du déjeuner (dîner, quoi) deux entrées/plat/deux desserts, seul deux plats au choix. Belle table haute centrale accueillant plusieurs clients. Délicieuse baguette sésame/pavot servie avec un beurre au piment d’Espelette pour patienter. Découverte de l’eau de tomate et de la glace au foin. Retour au bord de la Seine jusqu’aux Champs de Mars en passant par le pont Bir-Hakeim, ambiance Inception.

Attention, pour ces trois adresses précédentes, le risque de voir les convives sortir leur IPhone pour prendre en photo leurs plats sous toutes les coutures est grand, on est respectivement chez un candidat (Pierre Sang Boyer), le chef vedette (Cyril Lignac) et un gagnant (Jean Imbert) de l’émission Top Chef. Comme je n’ai jamais vu l’émission, ça n’était pas ma motivation première, ni même un critère de sélection puisque c’est le soir-même en me rendant chez Pierre Sang que je l’ai découvert.

Autres adresses de restaurant:

– Le Blue Valentine, rue de la Pierre Levée 13. Une petite carte, un peu plus chère en comparaison des trois autres adresses, mais excellents produits: anguille, fois gras, selle d’agneau, veau aux deux cuissons. Ambiance art nouveau et service féminin. Le quartier semble accueillir plusieurs restaurants sympas, faire donc un repérage pour trouver d’autres adresses entre la rue de la Pierre Levée et la rue de la Fontaine du roi.

– Chez Jules et Shim, rue des Vinaigriers, s’acheter un pique-nique coréen à déguster au bord du Canal St-Martin ou au parc Villemin. Spécialité: le bibimbap servi dans une jolie boîte origami (légumes cuisinés au sésame, riz blanc et viande au choix).

Boire un verre

– Faire un tour au Moonshiner, bar à cocktail inspiré par les lieux clandestins nés de la prohibition aux Etats-Unis. Ambiance feutrée années 20 grâce au mobilier, aux tapisseries et à la lumière tamisée. Rendez-vous à la Rue Sedaine 5, au fond de la pizzeria pour découvrir ce speakeasy. Pour s’acheter un bon whisky pour reproduire des cocktails chez soi, se rendre le lendemain à la Maison du whisky, rue de Surène.

© Une indiscrétion

© dw

Visiter

– L’Opéra Garnier : s’offrir pour 2 euros de plus la visite numérique avec l’IPad, dorure et folie des grandeur garanties, mais visite grandiose de cet édifice dont la construction a débuté en 1862 sous la direction d’un jeune architecte n’ayant pas fait ses preuves, mis à part dans le monde du shampoing, merci Charles Garnier. (© dw)

© Une indiscrétion

© Une indiscrétion

Flâner -boutiquer

– Autour de l’arrêt Métro vert, façades recouvertes de lierre à la rue de Béarn, square tranquille à la rue de Hesse.

– Passage Lhomme pour des devantures vintage, du lierre et des vieux vélos, puis petit tour au Corner des créateurs, boutique de bijoux (jolie gamme géométrique d’Anne Thomas réalisée en France), rue de Lappe.

– Concept Store Les cocottes en papier, rue Fourcroy si vous chercher des objets déco ou des bijoux (Anne Thomas à nouveau, entre autres). Sur le chemin, prendre le temps de flâner au marché quotidien Poncelet-Bayen.

Advertisements

One thought on “à Paris

  1. Pingback: à Paris II |

Vous voulez être indiscret? Laissez un message!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s