à Florence

© Une indiscrétion

© Une indiscrétion

Passer le weekend de la Pentecôte à Florence pour se donner l’impression d’être en été alors qu’en Suisse il faisait frisquet, ça fait du bien au moral et à l’estomac. En voyageant en train, le trajet prend 5h40 depuis Lausanne et le paysage défile, change et permet de déconnecter sans le stress de la route ou d’un aéroport. En passant à Stresa, on sent déjà toute la pression de la semaine s’envoler et les couleurs chaudes de l’Italie qui viennent s’ajouter à la vision comme un filtre chaud d’instagram.

© Une indiscrétion

© Une indiscrétion

Arrivés à Florence, on s’empresse de s’éloigner de la gare, bâtiment peu flatteur atour duquel la circulation est dense. En quelques minutes à pied, on est au centre-ville avec Il Duomo qui permet de se repérer facilement, dans une ville qui somme toute, se visite rapidement (excepté les queues de touristes devant les attractions principales). Nous aurions probablement pu concentrer en 1 jour les activités que nous avons effectuées en 3 jours, mais les prévisions météo italiennes n’étant pas d’une fiabilité évidente, une excursion hors des murs de la ville en vélo ne paraissait pas attirante alors que des orages étaient annoncés. Une visite de la campagne toscane aurait apporté le petit plus qui a manqué à ce séjour, pour lequel je retiens tout de même quelques bonnes idées:

  • Visiter la Galleria degli Uffizi (réserver ses entrées en ligne pour éviter les files), zigzaguer entre les selfies des touristes devant les peintures des grands maîtres de la Renaissance et admirer ce que vous aviez étudié sur retro-projecteur en cours d’Histoire de l’art: la Naissance de Vénus et le Printemps de Botticelli, la technique du clair-obscur des tableaux du Caravage. Cibler les halls qui vous intéressent pour éviter de finir fatigué à effectuer des swap faces avec la Méduse.
  • Monter à San Miniato al Monte, belle église  dont l’esplanade offre une belle vue sur la vieille-ville. Sur le chemin de la montée, s’arrêter pique-niquer dans le Jardins des roses, écrin de verdure apaisant après les rues bondées et minérales du centre.
  • Pour pique-niquer ou ramener des bons produits chez soi, faire ses courses au Mercato Centrale: burrata, bresaola, prosciutto, salami au fenouil, parmesan. On voudrait tout ramener.
  • Souper dans les alentours de la rue Santo Spirito, par exemple au Santo Bevitore, restaurant bistronomique dont la carte vous ravira: les soupes en entrée ont des saveurs fines et originales, les pâtes sont à tomber (ou à cracher le feu pour les riccioli à la N’duja), les desserts joliment montés. Sans connaissance particulière des vins de la région, un chianti riserva fera toujours l’affaire pour accompagner vos repas.
  • Pour un apéro puis un souper à proximité, viser Le passaguai et la Trattoria Napoleone. Mention spéciale au caviar d’aubergines du Passaguai à déguster sur sa petite terrasse au bord d’une route relativement tranquille. A la trattoria, se préparer pour un repas roboratif (spécialités de truffe) sur la jolie terrasse extérieur ou à l’intérieur du restaurant à la décoration originale.

 

 

 

 

Advertisements

Vous voulez être indiscret? Laissez un message!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s